Calmer les frictions pendant le confinement

Les conflits dans le cercle proche proviennent majoritairement d’incompréhensions.  Pourtant, vous avez sûrement l’impression de vous être déjà exprimé ou d’avoir donné votre avis à plusieurs reprises par rapport à certaines situations du quotidien dans le cercle familial. 

En période de confinement, ces situations du quotidien peuvent malheureusement prendre une ampleur insoupçonnée et tourner facilement en conflit.

J’ai envie de vous proposer une façon différente d’aborder ces situations conflictuelles. 

Première étape : sortez du conflit mentalement

Il est important de calmer vos émotions, votre nervosité et votre mental car cela ne fera qu’amplifier le conflit. 

Ainsi, je vous propose de vous mettre à l’écart 10 à 15 minutes afin que vos émotions et vos pensées s’apaisent. 

Prenez des grandes inspirations et expirations pour vous détendre

Adoptez une posture de détente : relâchez vos épaules, votre cou, vos jambes, vos bras et votre ventre, bougez si nécessaire et faites le vide dans votre esprit.

Par la respiration et en modifiant vos ressentis corporels, vous sentirez déjà une certaine distance émotionnelle, un apaisement. 

 

Deuxième étape : intéressez-vous à votre interlocuteur et posez-lui des questions … 

Maintenant que vous avez pris une certaine distance avec vos émotions et la situation, vous allez pouvoir revenir dans la conversation (uniquement quand vous aurez pris suffisamment de distance). 

Sans chercher à juger ni à agresser votre interlocuteur, je vous invite à lui poser des questions, à vous intéresser à lui, à faire comme si vous cherchiez à adopter sa vision des choses. 

Précisez avec votre interlocuteur le sens de ses mots, de ses interprétations, d’un contexte, d’une attitude ou d’un geste…. 

Méfiez-vous des mots que votre interlocuteur utilise, vérifiez que vous les comprenez de la même manière. Souvent, nous utilisons les mêmes mots sans utiliser les mêmes significations ! 

En lui posant des questions, vous allez chercher l’intention positive de son comportement, de son discours ou de son choix. 

L’intention se définit comme « l’action de tendre vers un objet, une fin » (source : CNTRL). Ce but doit être un objectif positif pour la personne ou pour le groupe (aux yeux de votre interlocuteur en tout cas). N’essayez pas d’interpréter négativement ce qu’il vous dit ou de le juger, au risque qu’il se braque.

Troisième étape : regardez le monde avec ses yeux

Par les questions que vous lui aurez posées, vous pourrez regarder la situation ou le conflit avec ses yeux et son interprétation de la situation. N’hésitez pas à préciser au maximum.

Intéressez-vous aussi au contexteà ses difficultés personnellesses enviesses manques : toutes les choses qui entourent la situation de votre interlocuteur. 

Mettez-vous dans son monde pour mieux comprendre ses réactions, ses interprétations, son attitude, sa fatigue peut-être…tout ce qui se passe dans sa tête et dans sa situation ! 

world

Quatrième étape : trouver des compromis 

Après avoir mieux compris votre interlocuteur et qu’il se sente mieux compris, vous allez pouvoir lui proposer des solutions en prenant en compte vos besoins et les siens. Cherchez des solutions pour répondre à des problèmes. 

Allez-y avec bienveillance et perspicacité, votre interlocuteur se montrera plus ouvert aux changements comme vous aurez pris le temps de le comprendre et de vous intéresser à lui.

Pour conclure… 

Après avoir expérimenté cette technique, vous pourrez l’utiliser dans différentes situations. 

Avec la pratique, vous noterez que finalement nous croyons souvent connaître nos proches ou nos collègues mais qu’en fait, tout est une question d’interprétation et que nous pouvons être très vite surpris par leur véritable vision du monde si nous cherchons vraiment à la connaître !

Enfin, pour conclure, je tiens à ajouter que dans un couple ou une famille, il est normal d’avoir des sujets de tensions ou de discorde. Il est impossible de s’entendre sur tous les sujets avec son conjoint et ses enfants. 

Cependant, cela n’exclue pas que le fait de mieux se comprendre et d’aborder les problèmes sous différents angles et sans jugement, cela nous permet de mieux accepter nos différences et d’enrichir nos relations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *